Mon grain de sel

Classé dans : Activités spirituelles, Grain de Sel | 0

Grain de SelMon grain de sel, sur l’Évangile du dimanche 4 juin 2017

par Mario Bard.

La force d’annoncer

Quel Esprit habite les chrétiens d’aujourd’hui? Qu’est-ce qui les distingue des païens, pour paraphraser Ieshoua? Pourquoi devrait-il être en première ligne de ce qu’on appelle le dialogue interreligieux? Quelques réponses et réflexions à quelques jours de la Pentecôte.

Quel Esprit habite les chrétiens d’aujourd’hui? En fait, sont-ils capables de laisser l’Esprit d’amour marcher dans leurs cœurs? Sont-ils ouverts à sauver leur âme et non leur corps devant un terroriste qui réclame leur conversion immédiate à l’Islam, comme cela se déroule dans plusieurs pays du Moyen-Orient ces dernières années? Ici en Occident, j’en doute… Mais, là-bas, il y a un nombre impressionnant de personnes qui ont choisi de témoigner, de dire : « Oui! Je suis chrétien et je mourrai chrétien! » Le conte de fées à l’américaine ne survient pas; ils sont tués. Le personnage de Superman n’apparaît pas. Ce témoignage extrême, en est-on capable, ici, dans le confort de nos Églises encore bien portantes?

Notre confort nous permet quelque chose qu’il est presque impossible à accomplir pour ceux et celles qui vivent dans des milieux d’extrême : le dialogue interreligieux. Non pas seulement un dialogue gentil, mais un dialogue qui pose des questions. Pourquoi croyez-vous cela? N’est-ce pas dangereux que votre croyance nuise au bien commun? Avez-vous questionné vos correligionnaires sur le danger de ne pas s’ouvrir à l’autre? Du même souffle, le dialogue permet de découvrir nos points communs. On peut marcher ensemble et agréer sur tant de sens commun! Le danger est d’oublier que nous pouvons le faire et de n’en rester qu’aux différences. Devenir des marcheurs du possible vivre ensemble. Devenir des remparts à la haine et à la recherche de division que des chrétiens, des bouddhistes, des musulmans, des hindouistes, des athées – entre autres – cherchent à créer. Des divisions qui se révèlent complètement ridicules lorsqu’on se met à regarder tout le dialogue qui existe dans la vie « pratique », c’est à dire, la capacité de vivre ensemble pour se nourrir, se protéger, garder les enfants, jeter un œil sur le grand-père qui fait sa sieste.

Oui. Nous, chrétiens de l’Occident, avons le luxe extraordinaire de construire un rempart à la haine par notre pratique du dialogue interreligieux. 

***

La fête de la Pentecôte nous fait entrer dans l’été. Le soleil tant espérer, la chaleur qui nous fait sortir dehors jusqu’à tard le soir, les fleurs, les arbres, tout célèbre la gloire de Dieu! Quel Esprit nous habite en ces jours d’été? Sommes-nous si pressés de consommer ces merveilles que nous en oublions de rendre grâce? Ce serait si dommage. S’arrêter, en silence, devant une fleur, un insecte, un animal, un arbre, et remercier. Pour une pluie fine ou forte de quelques jours qui sert à contrer une sécheresse. Voilà ce qui peut bien nous mettre en présence de l’Esprit Saint.

Grâce à cette explosion annuelle qui est propre au Québec et aux pays du nord, je peux encore comprendre le mystère de la résurrection de mon frère Ieshoua, libéré de la mort par le Père. Maintenant que nous recevons son Esprit, laissons sa force d’amour envahir notre cœur. Heureux de marcher sur les routes de nos Galilées, nous pourrons annoncer, par nos paroles et nos actions, la résurrection! Non, la mort n’est pas. « Je suis » est la vie, et nous fait vivre à notre tour! Écoutons sa Parole, nichons là au cœur de notre cœur pour qu’aux jours difficiles, ce soit Elle qui ait le dernier mot.

Mario Bard

Laissez un commentaire