Mon grain de sel

Classé dans : Activités spirituelles, Grain de Sel | 0

Grain de SelMon grain de sel, sur l’Évangile du dimanche 18 juin 2017

par Mario Bard.

Une Table, pour tous les recommencements

Tous les matins où je le peux, je marche pour aller travailler. Environ 25 à 30 minutes de plaisir afin de redécouvrir le soleil, la montagne qui verdit ou rougit, les arbres et les fleurs qui ressuscitent et se transforment au fil du temps. La ville, malgré ses bruits, sa pollution et ses travaux omniprésents, revit grâce en partie à l’esprit de création de l’être humain… et des écureuils qui lui résistent si vaillamment ! L’occasion de réfléchir vaguement ou précisément à l’Évangile du dimanche qui vient.

Ce matin, une réflexion bien peu orthodoxe : comment se fait-il que les chrétiens qui ont construit une chrétienté n’aient pas su, malgré les nombreuses Eucharisties auxquels ils ont participé, nous léguer un monde plus aimant et plus en paix? Comment se fait-il que certains leaders du Vatican, malgré la proximité de Pierre et Paul et des terres du Moyen-Orient, du sang des premiers martyrs chrétiens et des millions de Saints qui ont pèleriné dans cette ville où l’apôtre Pierre, l’apôtre Paul – entre autres – ont prêché et donné leur vie?

Ma réflexion est même devenue plus, comment dire… dangereuse? J’ai pensé à tous ces prêtres qui oublient d’aimer malgré les nombreuses tables eucharistiques qu’ils ont présidées. Dans certains cas, comment en sont-ils arrivés à devenir amers, peu souriants, vivants loin de toutes miséricordes, accrochés aux jugements de vieux livres qui oublient de faire évoluer faute de vrais savants? Mystère…

Ce que je peux dire : la Table de l’Eucharistie, sacrement ultime du partage et d’un amour qui se donne sans condition, n’a pas été comprise. De lieu de partage, d’inspiration et de recherche de la paix des cœurs pour ensuite rendre service, elle est devenue l’Autel du mérite sur lequel les gens forts, ceux et celles qui savent s’adapter aux codes moraux du temps, vont cueillir leur récompense. Un lieu où, plutôt que de s’entraider à traverser les terres arides qui habitent régulièrement nos passages de vie, on devinait le problème de l’un et l’autre, mais sans vraiment essayer de donner un coup de main. Un lieu où le tragique de nos vies ne pouvait s’écrire que dans le fond d’un cœur, de plus en plus miné à force de silence imposé. Apprendre à garder le calme devant celui qui, si pur, n’aurait pu endurer notre péché.

Pourtant : ce Pain et ce Vin sont faits pour la vie de tous les jours. Ils alimentent d’abord notre désir d’accueillir le Christ, Ieshoua de l’Évangile. Puis, ils alimentent notre temps de Parole silencieuse avec lui. Aussi précieux à recevoir que la Parole de cet Évangile proclamé comme un pain à mâcher sans arrêt. Ensuite, les Saintes espèces nous ayant ouvert l’Esprit à la paix de l’âme de Dieu le Père, nous avons la possibilité de le partager avec nos frères et sœurs. Un accueil de l’autre, selon nos limites, mais aussi, selon l’Évangile librement reçu en nos vies. Les possibles de ce Dieu de l’impossible au possible s’ouvrent alors en nous, devant nous, autour de nous. Un sourire peut devenir la pierre angulaire d’une journée; un coup de main peut changer les nuages dépressifs en orage pluvieux, pour ensuite, voir enfin l’arc-en-ciel de nouveau illuminer notre vie; notre parole peut marquer à jamais les multiples champs du monde où notre influence pourra créer une différence énorme sur le destin de ce monde.

Une Table eucharistique, non pas vécue comme une récompense à aller chercher, mais comme une Table des pardons retrouvés fait toute la différence dans nos cœurs éprouvés. Et redonner la joie de se lever tous les matins, d’aller travailler et de communier au mieux-être de notre société. C’est mon espérance du pain et du vin quotidiens, banquet de gloire déjà commencé. Ivres de sa joie, nous pourrons traverser les portes de la mort et marcher sans danger au-dessus des ravins des ténèbres. Confiance, la vie peut commencer chaque matin.

Mario Bard

Laissez un commentaire