Mon grain de sel

Classé dans : Activités spirituelles, Grain de Sel | 0

Grain de SelMon grain de sel, sur l’Évangile du dimanche 10 juin 2018

par Mario Bard.

Diviser, briser, détruire : un président et son péché

Le pardon des péchés est central chez Ieshoua et, dans cette partie de l’Évangile, Ieshoua rappelle à quel point le péché n’est pas toujours là et ce que l’on pense. Pour celui qui est ressuscité des morts grâce au don de sa vie par amour, le véritable péché, ce qui tue notre âme, est ce qui va contre l’Esprit.

Quelle clarté!

Et qui est cet Esprit? C’est avant tout un esprit d’amour, un esprit de joie, un esprit de vérité, un esprit de recherche du meilleur pour son cœur et pour tous. Il est intéressant de remarquer que ce ne sont ni les blasphèmes ni les péchés qui font mourir, mais bien de pécher contre l’Esprit. Aujourd’hui, comment cela se manifeste-t-il?

Tout d’abord, le péché contre l’esprit se manifeste chez ceux qui proclament à cœur de jour connaître, mais dont on s’aperçoit qu’ils parlent et agissent sans connaître. Et puis, il y a ceux et celles qui disent, mais ne font pas. Ainsi, un exemple patent pour moi est celui des néoconservateurs qui se disent ultras chrétiens qui, aux États-Unis, se sont acoquiné autour du président Trump. Ils savent très bien que l’homme n’est pas un croyant très fiable et plutôt imbu de lui-même, en plus d’être un diviseur en chef hors pair. Mais, par idéologie et par soif du pouvoir, certains d’entre eux osent aller de l’avant en sa compagnie, tout en se réclamant du Christ Ieshoua.

Bien loin de moi de juger leurs cœurs. S’ils sont honnêtes et font de leur mieux, qui suis-je pour juger? Mais les actions qu’ils lancent me laissent plutôt perplexe. Démantèlement du seul système de santé qui ait réussi à couvrir les besoins essentiels de millions de personnes; réductions dans les services publics, dont l’éducation et le soutien aux plus pauvres; baisse d’impôt pour les plus riches; et dernièrement, séparation des enfants de leurs parents dits « immigrants illégaux ». Selon les chiffres que j’ai vus circulés, ils seraient 11 000 à avoir été séparés de leurs parents qui passaient la frontière illégalement. Onze mille enfants qui seraient dans des centres, prises en charge par l’État. Mais, dans quelles conditions? Pire : les autorités gouvernementales auraient perdu la trace de 1 500 enfants. On ne sait plus où ils sont.

Tout d’abord, séparer ainsi les enfants de leurs parents est l’une des pires barbaries que je puisse imaginer. On détruit des familles entières afin de punir qui? Les passeurs de migrants? Les migrants eux-mêmes? Ces néoconservateurs, qui clament leur amour du Christ Jésus sur tous les coins de rue, osent séparer des familles au nom de la loi. Pour moi, c’est un péché contre l’Esprit. Au lieu d’accueillir, on tue la cellule. Et l’on espère ainsi briser les rêves d’une vie meilleure.

Briser, détruire, séparer : ce sont des signes qui ressemblent étrangement à l’esprit de Satan.

Je vous invite à lire cet article : https://www.nbcnews.com/news/latino/surge-migrant-children-government-shelters-trump-admin-pushes-zero-tolerance-n878601

Qui osera leur dire? Prions pour que des voix s’élèvent partout dans le monde afin de dénoncer ces séparations qui créent une déchirure profonde et durable. Laquelle crée davantage de blessures dans le monde.

Mario Bard

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *