Mon grain de sel

Grain de SelMon grain de sel, sur l’Évangile du dimanche 5 mars 2017

par Mario Bard.

Choisir de servir

Diviser pour régner, créer le chaos pour ensuite mieux contrôler, conter des menteries pour dénoncer ce qui le choque, être un homme puissant, mais n’ayant d’autre but que d’être puissant, être mené par ses instincts et déclarer un peu n’importe quoi afin de se faire voir; être le centre d’attraction et vouloir que le monde tourne autour de soi…

J’ai l’impression de décrire celui qui est devenu président des États-Unis et ses sbires en janvier dernier… Non qu’il soit le seul qui essaie la méthode forte, divise et sans nuances pour régner; au contraire, il s’inscrit dans la règle et la longue lignée de la plupart des dirigeants de dictature. Mais, à quel prix? Et pourquoi?

Constat : le monde est mal en point. C’est le pape François qui l’affirme. J’en ai la confirmation par son Observateur permanent aux Nations Unies, Monseigneur Bernardito Auza. Un homme très sympathique avec lequel j’ai pu m’entretenir pour une entrevue de radio. Pourquoi? Il n’a pas précisé, mais dans sa mire, la production exponentielle d’armes à feu; le manque de respect à la terre et une volonté timide exprimée par les Nations pour s’entendre.

Sommes-nous dans une 3e guerre mondiale comme l’affirmait le pape François? J’en ai bien peur. Elle est plus insidieuse, moins claire. Elle se nourrit du manque d’éducation, de la situation économique qui se dégrade dans le nord et de celle qui n’est même pas présente dans le sud. Elle est engendrée par l’ignorance, la frustration que créent des puissants par leurs jeux de pouvoir, l’impuissance à s’éduquer, etc. Sans compter le racisme et la xénophobie qui refont surface partout dans le monde depuis qu’il y a un nouveau locataire à la Maison-Blanche.

Elle est aussi engendrée par un manque de discernement de plusieurs de nos dirigeants – politiques et corporatifs – à être d’abord des personnes de générosité, d’empathie et de compassion. Les coups de force emportant les plus dignes dans le tourbillon créé par des hommes et des femmes avides de pouvoir.

***

Devant la montée des inégalités et la cupidité d’un bon nombre de dirigeants, comment réagir? Le modèle Ieshoua n’est pas simple. Il appelle à une discipline intérieure constante et à une compassion illimitée, à la prière également. En plus d’être souffrant, travaillant, et peu d’être porté sur les honneurs. Le service désintéressé crée pourtant plus de joie que bien des dons remis dans la flamboyance d’un gala réunissant la soi-disant crème de la société.

Les trois grandes tentations auxquelles Ieshoua est confronté dans l’Évangile d’aujourd’hui nous assaillent également. Nous aimerions tant pouvoir vivre de magies, de prières inutiles et régner sans merci sur le monde! Pourtant, Ieshoua meurt sur une croix et ses souffrances ne sont pas celles d’un magicien qui sait qu’il ressuscitera. Sa souffrance est telle qu’il crie : « Mon Dieu, mon Dieu, pourquoi m’as-tu abandonné! » Le service de l’amour est d’abord celui d’un service sans intérêt pour soi.

En ce sens, le film Docteur Strange récemment sorti en DVD est très intéressant. En effet, pour arriver à créer la magie dont il est un récipiendaire – nous sommes dans une science-fiction Marvel – il doit d’abord laisser de côté son Ego. Il doit se mettre dans un état de service au monde. Il assure ainsi sa destinée qui est celle de sauver le monde. Beaucoup de parallèles avec l’Évangile ici.

***

« Si quelqu’un est tout petit, qu’il vienne à moi », paraphrasait Thérèse de Lisieux dans ses écrits. « Je vous porterai sur son sein, sur mes genoux », écrivait-elle encore. Et si nos dirigeants décidaient d’abord se laisser prendre par Dieu, comme ils vont vers un Père, plutôt que de se laisser diriger par un instinct de guerre, de puissance et d’Ego déchaîné, qu’arriverait-il?

En attendant cette utopie, notre monde intérieur réclame à grands cris notre dépendance à la Trinité pour vivre pleinement. Que ce carême 2017 nous aide à le comprendre, malgré tout.

Mario Bard

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.