Mon grain de sel

Grain de SelMon grain de sel, sur l’Évangile du dimanche 26 mars 2017

par Mario Bard.

Méfiez-vous du cynique qui dit « je sais tout »

Tout voir avec les yeux du cœur. Sentir en permanence que notre savoir n’est assujetti qu’à notre recherche d’une meilleure compréhension de l’être humain, et que la route n’est jamais, jamais, jamais finie. Telles sont les conditions de notre liberté profonde. Sinon…

Je regarde notre monde et je trouve que, pour une société dite libre, nous sommes bien enfermées. Enfermées dans nos principes de capitalisme et d’argent. Enfermées dans nos idées politiques ou religieuses préconçues qui sont d’abord des théories qui, parfois, se colmatent difficilement à la réalité. En vain… nous sommes enfermés parce qu’aveugles.

Mais, nous ne le voyons que le jour où nous rencontrons un amour plus grand que soi. Une conversion s’opère, et soudain, rien n’est plus comme avant. Nous voyons tout sous un nouveau regard et nous sommes, pour un moment, heureux de sentir que l’espérance est une composante réelle de la vie. Puis, la vie reprend son cours… Avons-nous adopté l’attitude de celui ou celle qui apprend de jours en jours, ou bien sommes retombés dans notre aveuglement-enfermement?

***

Ils sont nombreux sur cette terre à considérer leurs savoirs comme un trésor qui les épargne d’aimer. Après tout, aimer est trop souffrant. On risque tout quand on aime réellement. Loin des jeux de caméras et de l’opinion sociale, l’amour peut nous sauver et faire en sorte que nous ne sombrions pas dans l’entêtement de nos idées. Notre cœur peut demeurer de chaire. Mais, aujourd’hui – et dans tous les domaines – sommes-nous réellement intéressés par cette démarche? L’illusion des riches est si grande et leurs désillusions si bien cachées…

Observer ceux et celles qui « possèdent » des pouvoirs est révélateur du manque d’amour qui se développe le jour où nous léguons sans surveillance notre pouvoir de vivre. Nous laissons l’autre devenir maître de notre vie. Quelle attitude alors adopter devant cette situation? Guerroyer en amoureux de la vie ou en être de haine? Guerroyer avec des idées qui ouvrent vers demain, ou bien avec les idées qui referment notre cœur sur lui-même?

Aveuglé de puissance; aveuglé de savoir; aveuglé de passions insurmontables; aveuglé de pauvreté provoquée; aveuglé. Synonyme d’enfermement sur soi-même, le début de la fin.

***

Plusieurs chantres d’Églises soi-disant chrétiennes annoncent la fin du monde. Elles espèrent cette fin comme une délivrance. Espérance narcissique de riches occidentaux qui refusent le partage des richesses avec le reste de la planète. Aveuglement volontaire devant la misère de l’autre. Au lieu de partager le temps d’aimer, ils partagent l’égoïsme aveugle d’un enfermement sur des idées de mort et de peur. Des chantres aveugles qui n’ont qu’un intérêt : leurs peurs. Inconsciemment ou non, ils pervertissent la Parole de Dieu pour en faire un objet de dérision absurde, une fable sans morale qui finit par lasser même les plus convaincus. Ils disent savoir connaître cette Parole de Ieshoua de Nazareth. Leur « péché demeure ».

Ouvrons plutôt notre cœur à ceux et celles qui partagent leurs connaissances avec un esprit d’humilité, une parole sans orgueil, annonçant l’amour plutôt que la recherche de puissance. L’humilité de savoir que, savants, nous sommes toujours sur un chemin d’apprentissage. Nous portons un cœur de chaire qui ne pourra jamais s’endurcir. À moins que de s’aveugler par notre parole : « nous savons »…

Que savons-nous vraiment? Que savons-nous? Si peu. Et, que dans notre cœur, peut résider un amour plus grand que nous… Le reste est un chemin à dessiner avec les autres, loin de nos peurs et de nos ambitions.

Mario Bard

  1. Jocelyne Meugnier

    Je suis très touchée par ce texte une belle peinture sombre éclairée du coeur profond de son auteur qui nous appel
    à reconnaitre l’espérance si proche à l’intérieur de nous.
    Merci
    Jocelyne

Laisser un commentaire