Mon grain de sel

Classé dans : Activités spirituelles, Grain de Sel | 0

Grain de SelMon grain de sel, sur l’Évangile du dimanche 17 novembre 2019

par Mario Bard.

Mourir parce qu’on aime trop

Cette Parole de l’Évangile s’accomplit aujourd’hui avec une rare intensité. Plus de 300 millions de chrétiens vivent dans un pays où sévit la persécution contre eux. C’est le quart des chrétiens du monde. En sont-ils toujours victimes ? Non. Mais, cela indique qu’ils vivent dans un pays où l’État, ou bien encore des groupes hyperextrémistes, menacent la liberté religieuse … au nom de la vérité le plus souvent.

Il y a une originalité très forte avec le christianisme : le Fils de notre Dieu est mort sur une croix. Rien de vraiment plaisant comme fin de vie et pourtant… nous parlons avec lui, nous prions la trinité dont il fait partie, nous l’adorons…

Mort pour nos péchés. Cette Parole sonne souvent creux dans la bouche de chrétiens fiers et identitaires, qui en font souvent une histoire de morale et de pouvoir sur la terre. Ieshoua Ben Joseph, provenant de Nazareth en Galilée, a vécu jusqu’au fond un message qu’il a su donner grâce au père qui n’est qu’Amour : guérison, pardon, nourriture terrestre et divine, accueil. De la Paroles aux Actes, des gestes sacrés qui apportent joie, paix et bonté aux personnes qu’il a rencontrées. Et, il a été condamné à mort par les autorités religieuses de son temps. Ils l’ont remis aux autorités politiques étrangères qui géraient la vie quotidienne, dont la mort.

Ieshoua est mort pour nos péchés. Certes : lesquels ? « Tous ! » répondraient peut-être des théologiens et penseurs. Selon ce que j’en comprends plus largement, il meurt parce qu’il ne sait pas ou ne veut pas se défendre. Il meurt d’avoir choisi d’aimer plutôt que de laisser dégénérer les choses. Il meurt, victime de la lâcheté, de la soif de pouvoir et du manque de vision des dirigeants romains et religieux de son temps. Son choix est de montrer en tout exemple l’absurdité de ce choix de mise à mort. On cloue sur le gibet un homme innocent qui faisait du bien. Un bien qui dérange l’ordre établi par quelques idéologues et penseurs riches et puissants, en savoir et en argent – parfois les deux en même temps.

***

En Inde, la persécution des chrétiens vient entre autres du fait qu’ils dérangent l’ordre établi par le système de caste depuis des centaines d’années. Aider, soutenir, encourager l’égalité des castes inférieurs, c’est détruire l’ordre économique et social qui permet à un pays de rester tranquillement ce qu’il est. Ni plus, ni moins. Certes, il existe une sagesse dans cette façon de procéder. Par-contre, n’y-a-t-il pas aussi une lâcheté ?  Certains leaders religieux et politiques préfèrent conserver une vision du monde où le plus faible sert le plus fort. Et ceci est présent dans presque toutes les traditions religieuses. Dans le christianisme, certains leaders ont même essayé de justifier ainsi l’esclavage. Pourtant, quand on revient à l’Évangile, leurs théories ne tiennent pas la route.

Ieshoua invite ses disciples à se laisser aimer par lui. Dans la prière et dans la méditation de l’Évangile. Il invite ses disciples a ensuite donner ce qu’ils peuvent pour rendre ce monde meilleur, inspirer par l’Évangile. Il invite enfin ses disciples à s’attendre au pire. Car, ce qu’il propose dérange profondément. D’abord notre vie intérieure, transformée par la rencontre du Christ. Puis ensuite celle d’un monde qui peut devenir meilleur. Mais, les ordres établis détestent être dérangés. L’orgueil et la puissance tuent et condamnent les plus faibles. Proposer l’amour dans la vie chrétienne, c’est risquer la mort. Et, être chrétien dans certains pays, c’est représenter une menace en soi à la vie de cette société. D’où la persécution.

Prions pour celles et ceux qui la subisse, et prions pour que notre coeur, à la rencontre du Christ Ieshoua sur la croix, soit touché par tout l’amour et toute la bonté que Dieu a pour l’humanité. Prêt à mourir par amour.

Mario Bard

Pour plus d’information sur la persécution des chrétiens dans le monde, consultez le rapport Persécutés et oubliés ? 2017-19 disponible en téléchargement à l’adresse web suivante : https://acn-canada.org/fr/persecutes-et-oublies/ 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *