Mon grain de sel

Grain de SelMon grain de sel, sur l’Évangile du dimanche 4 janvier 2015

par Mario Bard.

L’étoile et la foi du charbonnier

L’Étoile : c’est le nouveau nom d’un lieu de spectacle à Brossard, banlieue désormais semi-cossue du sud-ouest de Montréal. Il rappelle l’estime qui est portée aux chanteurs, musiciens, artistes de variétés et – surtout! – humoristes du Québec qui nous permettent souvent de trouver un certain repos dans nos vies si actives. L’étoile qu’ont suivie les mages est d’une autre couleur.

Je l’imagine plus brillante et paradoxalement plus mystérieuse que celle suivie plusieurs soirs par année par de fidèles spectateurs. Si certains y voyaient une fantaisie du ciel, les mages l’ont décodée autrement. Ils y ont vu la présence d’un roi sans pareil. S’attendaient-ils à le trouver dans une maison? Je ne crois pas.

Il faut une foi sans pareil pour partir comme ces présumés rois et suivre un signe qui pourrait mentir. Leur foi est profonde. Et malgré toute leur science, elle me semble proche de celle du charbonnier. Une foi qui dépasse les livres, les fondements savants et l’appartenance à une religion en particulier. Marcher jusqu’à Bethléem, seulement guider par une étoile; il faut être un peu fou, avouons-le.

Dans la « Maison du pain » les attend une nourriture surprenante. Un enfant, dans une maison (Mathieu ne parle pas d’étable, ni Luc d’ailleurs.)  S’ils n’étaient pas rois, les mages devaient tout de même avoir un train de vie qui leur permettait de trouver tout à fait étrange la présence d’un roi dans une simple maison.

Je me répète : la foi est grande. Ils croient que le signe de la nature qu’est l’étoile est un signe annonciateur. Une promesse que seule donne la foi aux signes des temps. La promesse d’un véritable libérateur.

***

Le pape François entamera en mars 2015 sa deuxième année de pontificat. Réformateur de mœurs vaticanes, il est une espèce de « Maverick », expression plutôt américaine qui désigne une personne possédant un esprit d’indépendance particulièrement aigu.

Dans son message de Noël à la Curie Romaine, le pape n’a pas manqué de rappeler à ses membres qu’ils doivent retrouver l’esprit de l’Évangile. L’Église ne survivra qu’à cette condition. Un Esprit qui dépasse toutes les mondanités et toutes les formules savantes.

Du fond de ma maison, tout cela semble si évident. Sauf que, pour la plupart de ces hommes, elle peut-être vécue de deux manières. Soit comme un pénible temps à passer sous l’emprise d’un dictateur de gauche. Il est jésuite de surcroît, et provient d’un continent pauvre qui n’a de leçon à donner à personne, surtout pas à la vieille Europe!

Elle peut aussi être vécue comme une Épiphanie. Une révélation. Tout comme Nicodème saisira que Ieshoua n’est pas qu’un charlatan ou encore un prédicateur de bas étage, les grands prêtres que sont les cardinaux et les évêques de la Curie romaine peuvent saisir l’occasion pour réformer leurs cœurs. Retrouver l’étoile intérieure qui les a fascinés un jour.

Du haut de leur tour d’ivoire, ils savent si bien fabriquer des théories qui s’envolent avec les rêves de la nuit… Des idéologies qui deviennent des étoiles vides. Nous sommes si avides à suivre des réponses faciles… Une réflexion qui s’impose aussi pour moi et pour toutes les communautés chrétiennes.

***

Les « stars », célébrités d’aujourd’hui, me fascinent toujours. Je l’ai déjà écrit, mais je leur envie parfois cette capacité à tout faire, à tout être, à tout avoir… Ils ont beau être délinquants à certains moments, on leur pardonne presque tout. Et souvent, la fascination grandit au fur et à mesure que le font leurs portefeuilles.

Bien sûr, après quelques minutes à écouter certaines de ces vedettes expliquer leur incapacité à comprendre le monde plus loin qu’une œuvre de charité, je retombe sur mes pattes. Je réalise à quel point sont rares les personnalités qui, du haut du vedettariat, apprennent à avoir les deux pieds bien sur terre et ne perdent pas de vue l’essentielle étoile : celle de la foi d’abord mise dans l’être humain.

Habituellement, celles qui demeurent accessibles portent en elles l’une des principales valeurs de la crèche de Noël : la simplicité.

Et que nous apprend cette étoile qu’est Dieu? Est-il seulement étincelant, ou accepte-t-on de se laisser allumer par l’étincelle qu’est l’étoile de la Parole de Dieu?

Je souhaite une sainte révélation à tous!

Mario Bard

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.